Abdelmadjid Tebboune, « l’État, c’est moi ! »

IMG_87461-1300x866

Deux ans après son accession au pouvoir, le président algérien est tout feu tout flamme : il s’est remis du Covid, a déployé une diplomatie offensive et a éteint la contestation de la rue. Au point d’envisager un second mandat ?

Cette victoire à la présidentielle, Abdelmadjid Tebboune n’y croit plus vraiment lorsque la campagne électorale s’achève en ce début de décembre 2019. Même son équipe et ses plus proches collaborateurs se sont laissés emporter par la désillusion et le désenchantement.

À la veille du scrutin, on disait l’affaire pliée. L’institution militaire que dirige d’une main de fer Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée, s’est choisi un autre champion.

Abdelmadjid Tebboune ne sera donc pas le candidat qui succèdera à Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir en avril 2019 par le Hirak. Mais un retournement de situation va changer le cours de son destin et sans doute celui de son pays

اضف تعليق


تعليقات الزوار

الجزائر تايمز فيسبوك